La naissance et l'histoire de Clausthaler.

Comment changer

le monde

avec la bière sans alcool



Une génération de changement

Changer le monde de la bière pour toujours

1972 fut une année pionnière. Le premier jeu vidéo « Pong » est sorti, ouvrant la voie à l'industrie du jeu vidéo d'aujourd'hui. Le groupe de pop suédois ABBA s'est formé et a vendu plus de 380 millions d'albums.

Une génération de changement

Changer le monde de la bière pour toujours

1972 fut une année pionnière. Le premier jeu vidéo « Pong » est sorti, ouvrant la voie à l'industrie du jeu vidéo d'aujourd'hui. Le groupe de pop suédois ABBA s'est formé et a vendu plus de 380 millions d'albums.

La même année, un petit groupe de brasseurs a eu une grande idée. Ils ont entrepris de créer une délicieuse bière hypocalorique. Mais il a fallu un directeur des ventes pour proposer une vision encore plus audacieuse : pourquoi se contenter d’une bière hypocalorique alors qu’ils pouvaient créer la première bière au monde sans alcool avec un goût sublime ?

Une équipe a été mise en place et le défi a commencé. D'autres brasseurs avaient déjà essayé avant de brasser une bière sans alcool, mais les résultats étaient systématiquement imbuvables.

Pas cette fois, cependant. En 1972, Clausthaler a lancé le processus qui allait changer le monde de la bière pour toujours.

La naissance de Clausthaler

Innovation, détermination et de longues heures

Innovation, détermination et de longues heures

La naissance de Clausthaler

Comme Clausthaler, un certain nombre de brasseries poursuivaient le Saint Graal de la bière sans alcool à la fin des années 60 et au début des années 70. La plupart d'entre eux ont abandonné à un moment ou à un autre. Clausthaler ne l'a jamais fait.

Innovation, détermination et de longues heures

La naissance de Clausthaler

Comme Clausthaler, un certain nombre de brasseries poursuivaient le Saint Graal de la bière sans alcool à la fin des années 60 et au début des années 70. La plupart d'entre eux ont abandonné à un moment ou à un autre. Clausthaler ne l'a jamais fait.

Animés par une passion qui frisait l'obsession, les pionniers de Clausthaler étaient déterminés à rendre possible le brassage de la bière sans alcool. Mais alors que la concurrence tentait de supprimer l’alcool de la bière ordinaire, les maîtres brasseurs de Clausthaler comprirent qu’ils avaient besoin d’une toute nouvelle stratégie. Ainsi, après d’innombrables longues journées et nuits passées à la brasserie, ils ont mis au point un processus de brassage radicalement innovant dans lequel la fermentation de la bière était arrêtée juste avant que l’alcool ne commence à se développer.

Ce processus est resté dans l’histoire brassicole sous le nom de Fermentation contrôlée de Clausthaler. Et lorsque vous inventez quelque chose qui va changer le monde, vous le protégez. C’est ce que Clausthaler a fait : ils ont breveté le processus de brassage. Clausthaler a longtemps été la seule brasserie à utiliser la fermentation contrôlée. De nos jours, cette méthode est également utilisée par d'autres brasseries, mais personne ne se rapproche du goût primé de Clausthaler.

Ce sont les impitoyables maîtres brasseurs qui ont inventé la fermentation contrôlée. Ils restaient éveillés pendant des jours entiers, du soir au matin, mesurant, testant, mesurant encore, attendant, mesurant, attendant jusqu'à ce qu'ils trouvent leur propre façon de brasser un bière sans alcool qui aurait l'aspect et le goût d’une bonne bière.

Clausthaler entre en scène

Traverser de nouveaux horizons

Traverser de nouveaux horizons

Clausthaler entre en scène

Pour créer quelque chose d’original, vous devez être amoureux de l'impossible.

Traverser de nouveaux horizons

Clausthaler entre en scène

Pour créer quelque chose d’original, vous devez être amoureux de l'impossible.

Quand les films ont commencé à ajouter du son, personne ne pensait que cela durerait. Lorsque le café a été décaféiné pour la première fois, personne ne l'a bu. Ainsi, lorsque Clausthaler a brassé la première bière sans alcool, ils ont dû faire face à des défis similaires.

En 1979, l’attitude générale à l’égard de la bière sans alcool n’était pas tout à fait positive.

Mais les maîtres brasseurs de Clausthaler avaient trop durement travaillé pour que leur innovation passe inaperçue. Et encore une fois, une étincelle de génie a sauvé la mise. Seulement cette fois, il a fallu un peu de ruse : Clausthaler a d'abord présenté sa bière sans alcool révolutionnaire sous un nom différent, en tant que cheval de Troie.

La brasserie a inventé « Prinzenbier », vendue comme une nouvelle bière délicieuse et légèrement alcoolisée. Derrière l'étiquette « Prinzebier » se cachait bien sûr Clausthaler. Les propriétaires de bars et les détaillants ne pouvaient soudainement plus se lasser de la nouvelle bière branchée et lorsque la ruse fut révélée, Clausthaler prouva qu'elle était bien établie.

Comment commercialiser un élément déterminant

C’est difficile d’être le premier, la nouveauté n’est pas toujours comprise

C’est difficile d’être le premier, la nouveauté n’est pas toujours comprise

Comment commercialiser un élément déterminant

L’équipe visionnaire derrière Clausthaler a toujours su qu’il lui faudrait rendre l’impossible possible, dans la publicité comme ils l'ont fait dans la distribution.
Premièrement, la publicité a tenté de mettre en avant l’avantage supplémentaire rationnel de la bière sans alcool.

C’est difficile d’être le premier, la nouveauté n’est pas toujours comprise

Comment commercialiser un élément déterminant

L’équipe visionnaire derrière Clausthaler a toujours su qu’il lui faudrait rendre l’impossible possible, dans la publicité comme ils l'ont fait dans la distribution.
Premièrement, la publicité a tenté de mettre en avant l’avantage supplémentaire rationnel de la bière sans alcool.

« Quoi ? Vous buvez au travail ? » ont été interrogés les conducteurs de bus et de taxis. A quoi ils ont répondu « C’est une bière sans alcool et elle reste tout aussi délicieuse. »


Une autre idée était de commercialiser Clausthaler en tant que « La bière que la police autorise ». Mais ce concept a gêné les buveurs de bière, suscitant des sentiments de culpabilité.

L'étude de marché a confirmé que les consommateurs n'opteraient pour une bière sans alcool que si elle avait le goût d'une vraie bière.

Lors de la prochaine campagne de Clausthaler, le message a reçu une orientation positive :

« Tout ce dont une bière a besoin. »

Les spots télévisés reprenaient les thèmes « James Bond » et « Miami Vice » et montraient des personnes actives naviguant ou descendant des montagnes dans la neige épaisse et Clausthaler se trouvait au beau milieu de tout cela.

« Tout ce dont une bière a besoin » : c'était la clé.

Le goût qui a trompé tout le monde

La bière qui n'est pas une bière

La bière qui n'est pas une bière

Le goût qui a trompé tout le monde

Il existe de parfaites illustrations qui prouvent à quel point Clausthaler a le même aspect, odeur et goût qu’une vraie bière. Une des histoires qui est devenue fétiche parmi les employés et les consommateurs de Clausthaler a eu lieu lors d’une fête.

La bière qui n'est pas une bière

Le goût qui a trompé tout le monde

Il existe de parfaites illustrations qui prouvent à quel point Clausthaler a le même aspect, odeur et goût qu’une vraie bière. Une des histoires qui est devenue fétiche parmi les employés et les consommateurs de Clausthaler a eu lieu lors d’une fête.

Un membre du conseil d’administration de la brasserie célébrait un mariage avec des amis de l’université. Il apporta deux fûts de bière, l'un rempli de Pilsner ordinaire et l'autre de Clausthaler.

C'était une chaude soirée d'été et la fête battait son plein. Le membre du conseil, assoiffé par la danse, a commandé une Clausthaler. Mais lorsqu’il prit une gorgée, il s'aperçut qu'il avait dans son verre une Pilsner ordinaire, les rangées de fût avaient été mélangées sans que personne ne s'en aperçoive !

Alors il attrapa le micro, arrêta la musique et, avec un petit rire, fit l'annonce la plus mémorable de la nuit : tous ceux qui pensaient avoir bu de la Pilsner toute la nuit avaient en réalité bu de la Clausthaler et ceux qui pensaient avoir bu de la Clausthaler devaient laisser leur voiture à la fête et rentrer à la maison en taxi.

Pionnier d'une nouvelle bière

Amoureux de l’impossible

Amoureux de l’impossible

Pionnier d'une nouvelle bière

Derrière chaque grande innovation se cache un groupe de personnes avides d’inaccessible. Les dirigeants de Clausthaler étaient conscients de la tâche difficile qui les attendait depuis le tout début, mais la première décennie avant-gardiste de la jeune marque le leur rappelait tous les jours : brasser une bière sans alcool qui ressemblait et qui avait le goût de la vraie bière allait être un vrai défi.

Amoureux de l’impossible

Pionnier d'une nouvelle bière

Derrière chaque grande innovation se cache un groupe de personnes avides d’inaccessible. Les dirigeants de Clausthaler étaient conscients de la tâche difficile qui les attendait depuis le tout début, mais la première décennie avant-gardiste de la jeune marque le leur rappelait tous les jours : brasser une bière sans alcool qui ressemblait et qui avait le goût de la vraie bière allait être un vrai défi.

Heureusement pour le monde de la bière aujourd'hui, Clausthaler était dirigé par une équipe qui a prospéré sous la pression. À sa tête, le Dr Christian Zürcher avait les compétences et l'expertise nécessaires pour orienter la marque vers l'avenir. Zürcher, le chef de la technologie de Clausthaler, a travaillé en étroite collaboration avec le maître brasseur Rüdiger Gruß afin de traduire la réussite technologique de Clausthaler au goût signature de la marque.

Ensemble avec leur équipe, ils ont finalement réalisé leur vision et créé une bière non alcoolisée qui ressemble et a le goût d'une vraie bonne bière.

We take you and your personal rights seriously. Therefore, the protection of your data is very important to us!


On this website, so-called cookies are stored. Cookies are small text files that are placed on your terminal. But don't worry! Cookies do not cause any damage and do not contain any viruses. They only serve to personalize content, provide functions and analyze data traffic. We share part of the information thus gained with our social media, advertising and analytics partners. In this context, compliance with legal provisions at all times is a matter of course.
Do you agree to the use of cookies?